populaire:

Le Brésil lance une réforme du travail détestée par les syndicats et célébrée par les entreprises

Quatre mois après son approbation, la réforme du travail brésilienne est entrée en vigueur aujourd'hui au milieu des protestations des travailleurs, qui disent avoir perdu leurs droits, et des commémorations du employeurs, qui le considèrent comme un nouveau cadre qui permettra d'accroître la compétitivité et de réduire le chômage.

Rio de Janeiro, 11 novembre (EFE) .- Quatre mois après son approbation, la réforme du travail brésilienne est entrée en vigueur aujourd'hui à la suite des protestations des travailleurs, qui disent avoir perdu droits et commémorations des employeurs, qui le considèrent comme un nouveau cadre qui permettra d'accroître la compétitivité et de réduire le chômage.

Combiné par les syndicats depuis sa présentation l'année dernière par le gouvernement du président Michel Temer comme un outil pour moderniser la législation du travail de 1943 et de faciliter l'embauche, la réforme était déjà une raison pour deux grèves nationales et motive toujours les protestations.

Pour le gouvernement, grâce à des flexibilisations qui faciliteront l'embauche, le Brésil pourra commencer à lutter contre le chômage, qui touche à près de 13 millions de personnes, et de stimuler la reprise d'une économie qui a souffert en 2015 et 2016, avec des baisses du PIB de 3,5% et 3,6%, sa récession la plus grave depuis plusieurs décennies.

Les nouvelles règles donnent la priorité, jusqu'à au-dessus de la loi, aux accords que les syndicats peuvent atteindre avec les entreprises dans des questions telles que la division des vacances, la flexibilisation de la journée de travail, les intervalles pour Le déjeuner, les salaires et le remplacement des heures supplémentaires.

Il réglemente également les nouvelles formes d'embauche, telles que le travail intermittent (par jours ou heures), le travail à domicile et le travail externalisé, qui permet aux entreprises de réduire leurs coûts de main-d'œuvre et d'avoir des travailleurs pour des activités supplémentaires sans avoir à les inclure dans la masse salariale.

"La réforme approuvée et sanctionné en juillet dernier retire les droits conquis par la classe ouvrière brésilienne sur sept décennies, depuis 1943, lorsque la première édition de la législation a été approuvée ", a averti le CUT dans un communiqué publié sur son site internet aujourd'hui.

Le centre syndical critique principalement la banque d'heures que le travailleur peut négocier individuellement avec l'entreprise pour compenser les heures supplémentaires, puisque l'employé négocie sans le soutien des syndicats; Je travaille sans payer aucune garantie de travail.

Le président de la CUT, Vagner Freitas, a affirmé que, à la défense de 81% des travailleurs brésiliens qui disent de rejeter la réforme dans le Selon les sondages, les syndicats organiseront de nouveaux arrêts pour essayer de revenir sur les droits perdus.

"Nous allons défendre notre camp, qui est le côté de la classe ouvrière. possibilité de conciliation avec le camp qui a financé le coup (comme il se réfère au procès politique qui a rejeté la présidente socialiste Dilma Rousseff et l'a remplacé par le conservateur Peur) pour mettre fin à nos droits. les principales centrales syndicales ont averti que la réforme est entrée en vigueur sans les «compensations» promises par le gouvernement et seulement commémorées par le patronat.

La aparente La compétitivité que les entreprises brésiliennes gagneront avec la possibilité de réduire leurs coûts de main-d'œuvre a déjà fait l'objet de discussions en Argentine, dont les hommes d'affaires réclament des changements similaires ne pas être désavantagés dans la lutte pour les investissements étrangers avec le Brésil.

Les employeurs disent qu'ils sont encore en train d'analyser comment ils peuvent tirer profit des nouvelles formes de contrats pour augmenter sa production sans générer de coûts de main-d'œuvre mais commémorer déjà la flexibilité offerte aujourd'hui par la réforme.

Pour la Confédération nationale de l'industrie (CNI), la Les employeurs qui se sont le plus mobilisés en faveur de la réforme, son entrée en vigueur représente "la percée souhaitée dans la construction de relations de travail modernes et alignées sur l'économie du siècle XXI «

» Après plus de sept décennies, la législation du Brésil a finalement adaptée à celle des autres pays qui ont des lois de travail sûres, mais souples », il a commémoré ce samedi communiqué la Fédération des industries de l'État de Rio de Janeiro (Firjan).

Le président de la Fédération des industries influentes de l'Etat de Sao Paulo (FIESP), Paulo Skaff, la modernisation des lois va générer des millions de nouveaux emplois, c'est donc une victoire pour toute la société et pas seulement pour les hommes d'affaires.

commentaires 0

?
Aucun commentaire pour cet article encore!
EUR/USD

EURUSD=X

1.1747 -0,00 -0,24%
USD/CHF

CHF=X

0.9581 -0,00 -0,09%
GBP/USD

GBPUSD=X

1.3067 -0,02 -1,54%
USD/JPY

JPY=X

112.5670 +0,09 +0,08%
USD/CNH

CNH=X

6.8451 +0,01 +0,15%
USD/CAD

CAD=X

1.2912 +0,00 +0,06%
IBEX 35

^IBEX

9590.40 +6,70 +0,07%
IBEX MEDIUM..

INDC.MC

15377.30 -38,40 -0,25%
IBEX SMALL ..

INDS.MC

7490.80 +5,90 +0,08%
IBEX TOP DI..

INDD.MC

3047.90 +1,80 +0,06%
FTSE LATIBE..

INDB.MC

1249.20 +9,20 +0,74%
FTSE LATIBE..

INDL.MC

8444.10 +226,10 +2,75%
Abertis Inf..

ABE.MC

18.36 +0,00 +0,00%
Actividades..

ACS.MC

37.83 +1,03 +2,80%
Acerinox, S..

ACX.MC

12.24 -0,03 -0,24%
AENA, S.A.

AENA.MC

150.45 +4,75 +3,26%
Amadeus IT ..

AMS.MC

78.26 +0,46 +0,59%
Acciona, S...

ANA.MC

75.86 -0,12 -0,16%
Financial S..

XLF

28.74 -0,11 -0,39%
VanEck Vect..

GDX

18.78 -0,15 -0,79%
SPDR S&P 50..

SPY

291.99 -0,22 -0,07%
Vanguard FT..

VWO

41.80 +0,17 +0,41%
Direxion Da..

TZA

8.24 +0,12 +1,48%
Utilities S..

XLU

53.06 +0,22 +0,43%
Les cookies nous permettent d'offrir nos services.
restaurer mot de passe